ESSWE home


<< First  < Prev   1   2   3   4   5   ...   Next >  Last >> 
  • 2022-09-02 13:18 | ESSWE admin (Administrator)

    L’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO) organisera les 12 et 13 mai 2023 sa première conférence internationale (FRÉSO23). Cette conférence, qui prévoit de réunir chercheurs spécialistes et non-spécialistes de l’étude des courants ésotériques, se donne pour thématique générale d’étudier les relations entre ces courants et les diverses disciplines scientifiques, dans le cadre d’une approche transdisciplinaire large. Au plan chronologique, les périodes moderne et contemporaine seront privilégiées, sans exclusive toutefois.

    L’étude universitaire de l’ésotérisme, concept ici compris selon les principales approches académiques en cours (c’est-à-dire comme un ensemble de courants historiques, une forme de pensée particulière, ou encore un élément discursif), s’est d’abord développée comme un sous-champ de l’histoire des religions à la suite des travaux pionniers d’Antoine Faivre (1934-2021). En conséquence, malgré quelques travaux récents (Ferguson & Sera-Shriar, 2022), les acteurs, les idées et les pratiques recouverts par ce concept ont tendance aujourd’hui à être davantage considérés comme relevant des « marges religieuses » ou des « spiritualités alternatives », plutôt que par rapport à leurs relations avec le monde scientifique (qu’il s’agisse de biologie, de physique, de médecine, ou même de sciences humaines et sociales). Pour autant, comme Wouter J. Hanegraaff a pu le montrer dans son ouvrage Esotericism and the Academy (2012), si les courants historiques compris derrière l’étiquette de l’ésotérisme ont certes d’abord été considérés comme de « fausses religions », c’est ensuite comme « fausses sciences » qu’ils furent essentiellement rejetés durant la période des Lumières. Cela s’explique notamment par la perception de la religion elle-même comme un « savoir inauthentique », lié à un « objet de science » fallacieux en soi. Ce rejet, prononcé par une bonne part des élites scientifiques d’alors, a amené les historiens à négliger l’importance sociale et culturelle de ces courants, et cet oubli s’avère encore plus visible en ce qui concerne l’histoire des sciences, particulièrement pour l’époque contemporaine. Or, même durant cette période, les acteurs de l’ésotérisme se présentent avant tout comme des savants, désireux de démontrer la validité des savoirs antiques, la pertinence des sciences traditionnelles, ou la réalité de certains phénomènes dits « occultes ». Passant, notamment, par le biais d’un mouvement en faveur des « études psychiques », par l’application du calcul statistique à l’astrologie, mais aussi à travers la traduction de textes anciens ou orientaux, voire en appelant à prendre en compte les dimensions spirituelles et/ou cosmiques de la « vie », ces acteurs se sont emparés d’objets et de thématiques de recherche généralement dédaignés par les scientifiques de leur temps. Ils ont ainsi contribué à complexifier l’histoire de nombreuses sciences, que ce soit par l’introduction de représentations épistémiques particulières, par leurs interactions avec le monde savant et la sphère politique, ou encore par la diffusion concrète d’usages et de pratiques variés.

    Ces remarques préliminaires permettent ainsi de dégager plusieurs axes de contribution, qui forment autant de cas d’application possibles, et dont les perspectives sont amenées à se croiser :

    a) le statut des « savoirs secrets » et des « sciences occultes » (alchimie, astrologie, magie, kabbale)

    La volonté d’étudier les aspects plus cachés du réel se manifeste à la Renaissance à travers des « savoirs secrets » comme l’alchimie, l’astrologie, la magie et la kabbale. Parmi d’autres, Heinrich Cornelius Agrippa von Nettesheim propose à travers sa « philosophie occulte » (1533) la convergence de ces différentes traditions « ésotériques ». Le concept englobant de « sciences occultes » est alors le plus souvent adopté par les partisans de ces disciplines, mais il se retrouve également employé avec commodité par leurs détracteurs pour invalider ce type de connaissances. Pour l’historien, un tel concept semble surtout masquer la diversité des phénomènes historiques qu’il recouvre (Hanegraaff, 2012), et son rapport à l’institutionnalisation croissante des savoirs scientifiques conduit à interroger la question controversée du « désenchantement » (Asprem, 2014 ; Josephson-Storm, 2017).

    b) les représentations et les images des « sciences occultes » et de leurs acteurs dans les arts et en littérature

    Les « sciences occultes » et leurs praticiens ont connu dans l’histoire des arts de multiples représentations, souvent davantage révélatrices du projet de l’artiste, ou des conceptions idéologiques d’une époque, que de la véritable nature de l’objet représenté. Les interactions entre arts, science et ésotérisme ont pu en outre être source de malentendus. Le Comte de Gabalis (1670), ou Zanoni (1842), ont ainsi été interprétés pendant plusieurs siècles non comme des romans mais comme des « sources » ou des traités ésotériques, aussi bien par des occultistes que par des artistes ou des littéraires. Ces différents acteurs, dont les statuts se confondent parfois, entretiennent d’ailleurs entre eux des proximités influentes qui demandent encore à être explorées (Wilson, 2013 ; Magus, 2021).

    c) l’usage et la manipulation des sciences historiques

    À la croisée de la littérature et des sciences historiques, les nombreuses relectures de l’histoire – que celle-ci soit interprétée comme « secrète » ou même « interdite » – se donnent pour but tant de contester le savoir officiel que de révéler le véritable sens de l’évolution historique. Si l’« occultisme nazi » et le « néo-évhémérisme » (théorie des anciens astronautes) peuvent servir d’exemples, ils illustrent aussi trois dimensions interdépendantes, à savoir le récit historique en lui-même, la pratique de l’historien et de l’archéologue, ainsi que la perception de ces deux aspects par le grand public (Partridge, 2006). En contrepoint, l’apport de certaines de ces démarches à la constitution du savoir académique peut également être interrogé dans le but de montrer la frontière parfois ténue entre milieux ésotériques et académiques (Mühlematter & Zander, 2021).

    d) les interactions entre ésotérisme et psychologie

    Les plus éminents représentants de la nouvelle science psychologique, à l’instar de Jean-Martin Charcot, Sigmund Freud ou Pierre Janet, se distinguent par leur intérêt pour l’étude des phénomènes de somnambulisme, d’hypnose, ou même de télépathie. La psychologie analytique de Carl Gustav Jung établit quant à elle une connexion encore plus franche avec « l’ésotérisme ». Cette proximité n’est pas sans soulever d’intenses controverses, tant au sein des courants ésotériques que parmi les professionnels et les amateurs de cette « science problématique » qu’est la psychologie, constituée dès son origine par des acteurs aux profils variés se disputant un champ disciplinaire contesté (Guillemain, Serina & Trochu, 2019).

    e) l’usage des sciences naturelles par les courants ésotériques dans le domaine de la santé

    L’histoire de la santé, comprise au sens large, bénéficie elle aussi d’un regard porté sur les marges médicales, religieuses et scientifiques (Faure, 2015). Les courants ésotériques, en tant qu’ensemble d’acteurs producteurs de discours, participent à orienter les représentations vulgarisées de nombreuses connaissances scientifiques dans le domaine de la biologie et de la physique. Or, les visions du monde et des phénomènes vitaux se retrouvent généralement dans la pratique professionnelle des médecins qui les embrassent, et les « sciences occultes » trouvent de ce fait, dans le domaine de la santé « holistique » ou « alternative », un lieu d’expression privilégié ; ce qui n’est pas sans soulever certaines controverses.

    f) les sciences de l’éducation au regard de l’ésotérisme

    Les représentations développées au sein des courants ésotériques se rencontrent également dans le domaine de l’éducation. La pédagogie Waldorf-Steiner offre sans doute l’exemple le plus évident de cette influence encore actuelle avec « la résurgence du vitalisme en éducation » et la place occupée par les pédagogies dites « alternatives » (Kolly, 2022). L’impact théorique et pratique des courants ésotériques, rarement étudié par les sciences de l’éducation (Wagnon, 2017), se retrouve en outre dans la pédagogie spirituelle par la danse et les mouvements corporels (G. Gurdjieff, E. Jacques-Dalcroze, P. Deunov, R. von Laban, etc.), fort à la mode dans la première moitié du XXe siècle.

    g) sciences et ésotérisme au-delà de l’Europe

    La majorité des travaux universitaires sur « l’ésotérisme occidental » s’est jusqu’à présent limitée à un contexte européen. L’analyse récente des « sciences occultes » islamiques (Coulon, 2021), des théosophes indiens (Mukhopadhyay, 2021 ; Myers, 2022) ou de l’Amérique coloniale (Villalba, 2020) a cependant contribué à donner de l’histoire des courants ésotériques une image moins asymétrique. Cet axe invite donc à problématiser la relation entre production scientifique et discours ésotériques dans différents contextes historiques interconnectés à partir de la « première globalisation » initiée au XVIe siècle (Gruzinski, 2004).

    Ces propositions de contributions sont à prendre comme de simples suggestions, non exhaustives de surcroît. La thématique retenue se prête à des approches variées, et les participants sont invités à explorer ces nombreuses possibilités selon leurs propres champs d’étude et centres d’intérêt, éventuellement en dehors des axes suggérés. Nous leur demandons de bien vouloir nous faire parvenir un résumé de leur présentation (300 mots), ainsi qu’un court CV, avant le 15 octobre 2022. Ces documents sont à adresser par courriel à l’adresse suivante : freso.esswe@gmail.com. Le comité scientifique sélectionnera les propositions avant le 31 décembre 2022 et supervisera la publication des actes. La langue de la conférence est le français, mais un nombre réduit de communications en anglais pourront être acceptées.


    Le Comité scientifique


    Jean-Pierre Brach (EPHE)

    Flavia Buzzetta (Hamburg)

    Hervé Guillemain (Le Mans)

    Sylvain Ledda (Rouen Normandie)

    Anne Rasmussen (EHESS)


    Le Comité d’organisation


    Tamara Alvarado Henriquez (Paris III)

    Léo Bernard (IFRIS)

    Tom Fischer (EPHE)

    Nathan Fraikin (EPHE)

    Damien Karbovnik (Strasbourg)

    Piero Latino (Sorbonne Université/ Westminster)

    Agnès Parmentier (USQV)

    Mariano Villalba (EPHE/ Lausanne)


  • 2022-08-23 12:26 | ESSWE admin (Administrator)

    In-person event at the Centre for Privacy Studies, University of Copenhagen

    Esoteric traditions and associated currents have, through many centuries, developed and employed a number of strategies connected with secrecy. One important dimension of this has been to secure privacy for their practices, transmission, and survival. People needed safe spaces to procure esoteric knowledge, and secrecy was at the core of how much of this knowledge was protected. Secrecy and privacy have also served functions in esotericism related to discourses about higher knowledge, access to the divine, the secrets of nature, didactics and identity construction. The Centre for Privacy Studies and the https://ccrs.ku.dk/research/centres-and-projects/ccste/#:~:text=The%20Copenhagen%20Centre%20for%20the,categorized%20as%20'Western%20esotericism'.Copenhagen Centre for the Study of Theosophy and Esotericism of the University of Copenhagen invite scholars interested in the intersection of esotericism and privacy in a broader historical perspective to continue the exploration of this area in November 2022.

    Topics of interest include (but are not restricted to):

    • Secrecy and concealment: practices and strategies
    • Privacy in the transmission of knowledge - correspondence, training, and traditions
    • Private circles: initiations, codes, insiders and outsiders;
    • Texts as private vehicles of esotericism - cryptic writings, symbolism, and languages

    Keynote speakers:

    Professor Kocku von Stuckrad, University of Groningen: “Secrecy, Concealment, and Privacy: Three Different Modes of Esoteric Tradition”

    Professor Henrik Bogdan, University of Gothenburg: “Secrecy and Early Eighteenth-Century Freemasonry”

    Paper proposals:

    Everyone is welcome to submit a paper proposal. Please use the form below to submit an abstract of no more than 500 words and a short biography under 150 words in length.

    DEADLINE FOR SUBMISSIONS: September 18, 2022.

    Submit your proposal here

    Register for in-person participation here

    Conference committee:

    Natacha Klein Käfer

    Tim Rudbøg


    Contact: nkk@teol.ku.dk


  • 2022-07-20 10:34 | ESSWE admin (Administrator)

    With a group of scholars from Japan, we received a grant from the Japanese Society for the Promotion of Science and the Ministry of Education for a three-year KAKEN research project that addresses the interactions of various traditions of magic, astrology and alchemy between the Islamicate world and Latin Europe during the medieval and early modern periods. We will explore the texts attributed to Jābir, Ikhwān al-Safā’, the work known as Ghāyat al-ḥakīm, and the pseudo-Aristotelian Hermetica. In addition, we will study the medieval and early modern reception of such works in translation - Picatrix, Liber vaccae, Liber angeumis - and their impact on Marsilio Ficino, Heinrich Agrippa, Paracelsus or Ps.-Paracelsus. In addition to reinforcing scholarly networks via series of publications and workshops, we are planning an international conference to commemorate the works of Keiji Yamamoto, world renowned historian of Arabic astrology, to be held in Kyoto 2024.

    Members of the team:

    • Amadeo Murase* (Seigakuin University): Paracelsianism, early modern alchemy
    • Liana Saif (University of Amsterdam): Arabic and Islamic magic
    • Hiroaki Ito (Senshu University): Medieval and Renaissance mysticism
    • Junichi Ono (Jichi Medical University): Islamic mysticism
    • Yuki Nakanishi (Jichi Medical University/Keio University): Islamic theology and magic
    • Hiro Hirai (Jichi Medical University/Columbia University): Renaissance alchemy

    * Project leader


  • 2022-07-19 09:50 | ESSWE admin (Administrator)



    More information: https://brill.com/view/title/57186

    Series: Handbook of Oriental Studies. Section 1 The Near and Middle East, Volume: 140

    Volume Editors: Liana Saif, Francesca Leoni, Matthew Melvin-Koushki, and Farouk Yahya

    Islamicate Occult Sciences in Theory and Practice brings together the latest research on Islamic occult sciences from a variety of disciplinary perspectives, namely intellectual history, manuscript studies and material culture. Its aim is not only...See More

    Copyright Year: 2021

    E-Book (PDF)

    Availability: Published

    ISBN: 978-90-04-42697-9

    Publication date: 16 Nov 2020

    Hardback

    Availability: Published

    ISBN: 978-90-04-42696-2

    Publication date: 19 Nov 2020


  • 2022-06-28 12:56 | ESSWE admin (Administrator)

    https://theosophicalhistoryconference.eu/?page_id=3344

    The founding of the Theosophical Society in 1875 marks a major historical event in the history of esotericism and spirituality. The society and its many diverse members were instrumental in comparing, bridging, reviving, and fusing ideas from a wide variety of traditions, cultures and time periods, including Platonism, Kabbalah, Hermetism, occult sciences, spiritualism, Christianity, Hinduism, and Buddhism, This has resulted in major innovations in esotericism and spirituality that continue to form and influence contemporary spirituality.

    The Theosophical Movement is known for going against the stream, for exploring the unknown, the lost, ‘the other,’ and the unpopular. Additionally, it is well-known for its progressive views, for bridging ancient and newer traditions with modernity, and for inspiring modern literature and art. H. P. Blavatsky and the Theosophical movement are often credited for promoting Asian traditions globally. While much is known about Theosophical innovations, significant new research has been conducted in the last two to three decades that has shed additional insight into this domain. Thus, this conference aims to assess the current status of research in this field and to foster a renewed focus on Theosophical innovations in connection to the history of esotericism and contemporary spirituality.

    Themes include:

    • Innovations and transformations
    • All connections between Theosophy and esotericism (including Spiritualism, Kabbalah, Hermetism, Mysticism, Gnosticism, Platonism, Occultism, Magic, as well as The Golden Dawn, Freemasonry and others
    • Connections between Theosophy and spirituality (including Hinduism, Buddhism, Christianity, New Age, mindfulness, and a wide range of contemporary spiritual practices

    All interested parties are welcome to submit papers on the aforementioned topics.


    Paper Proposals

    Any person may submit a paper to the conference committee on any aspect of the subject. Summaries of no more than 200 words and 50 words biography should be sent to the secretary of the ITHc Erica Georgiades via email (erica.georgiades@gmail.com). All paper proposals will be evaluated by the conference committee prior to acceptance.


    Presentations

    Suggested presentation time 20 minutes + 10 minutes for questions & answers.


    Important Dates

    Deadline for submission of a paper: 1 August 2022

    Notification of acceptance: 15 August 2022


    Registration & Fees

    The conference is free of charge and everyone is welcome.

    Registration to the 2022 ITHC will open after the programme is released.


    Accommodation

    The International Theosophical Centre

    EN-SUITE SINGLE ROOM 60 Euros per night. No meals included.

    EN-SUITE SHARED ROOM 54 Euros per night per person. No meals included.

    Naarden. https://www.itcnaarden.org/

    There is a number of hotels in Naarden also, see here https://rb.gy/ck6sve.


    Location

    The International Theosophical Centre

    Besant Hall.

    Meentweg 9

    1411 GR Naarden

    The Netherlands.

    The International Theosophical Centre is located approx. 20 km east of Amsterdam, close to the old, fortified city of Naarden.

    By plane: fly into Schiphol Airport, Amsterdam. The railway station is under the airport. Buy a ticket to station Naarden/Bussum.

    By train: Buy a ticket to station Naarden/Bussum. Go by regular taxi to ITC (see plan) or by bus (Regioliner 100. From the bus stop Flevolaan it is a 20 minutes walk. See plan).

    By car: take exit Bussum/Naarden off Motorway A1 between Amsterdam and Amersfoort. Then follow the description of the plan.


    Conference Committee

    – Conference Chair: Prof. Tim Rudbøg (Associate professor, Science of Religion, director of the Copenhagen Centre for the Study of Theosophy and Esotericism, University of Copenhagen);

    – Prof. James Santucci (Professor Emeritus of Religious Studies at California State University, Fullerton);

    – Bjarke Stanley Nielsen (PhD candidate, Department of Cross-Cultural and Regional Studies of the University of Copenhagen);

    – Erica Georgiades (MRes Religious Experience Cand, University of Wales Trinity Saint David; PgD Merit Ancient Religions UWTSD; BA, Hons, Philosophy and Psychological Studies OU).

    https://theosophicalhistoryconference.eu/?page_id=3344



  • 2022-06-24 00:48 | ESSWE admin (Administrator)

    The 2022 Summer newsletter is out. Please download it from here.

  • 2022-05-11 10:32 | ESSWE admin (Administrator)

    The newly established Centre for Advanced Studies in Erlangen (CAS-E)
    "Alternative Rationalities and Esoteric Practices from a Global
    Perspective" recently published calls for applications for one postdoc
    coordinator position and several junior and senior fellowships. Please see further details in the below pdf files.

    CFA_Postdoc_CAS-E_Esoteric_Practices_english.pdf

    CFA_Fellowships_CAS-E_Esoteric_Practices.pdf


  • 2022-05-11 10:09 | ESSWE admin (Administrator)

    The ESSWE Board welcomes applications for organising the ninth International ESSWE Conference, to be held in 2023. The application should include a description of the host institution, a preliminary budget, a suggested theme for the conference, and CV of the applicant. The application should be sent to the ESSWE Secretary Henrik Bogdan (henrik.bogdan@lir.gu.se) no later than June 16, 2022.


<< First  < Prev   1   2   3   4   5   ...   Next >  Last >> 
Powered by Wild Apricot Membership Software